Propos d'une gérontopsychologue

Pourquoi ce site ?

Je m'intéresse à la vieillesse, parce que c'est là que je vais passer le reste de ma vie. Georges Burns

Pendant plus d'une trentaine d'années, dans mon activité de gérontopsychologue, j’ai eu l’occasion de rencontrer un grand nombre de personnes âgées et de les accompagner dans leurs épreuves, ainsi que leurs proches. J’ai accumulé une expérience professionnelle qui m’a permis d’approfondir ma compréhension des détresses, des souffrances, mais aussi des richesses et des ressources de la vieillesse. C'est le fruit de ces expériences, les enseignements que j'ai pu en retirer, les réflexions qu'elles m'ont inspirées, ma vision et - osons le mot - ma philosophie du vieillissement, que je me propose de partager avec vous.

Lire la suite

Propos

Découvrez le site de Marianna

15.10.2020

Solitude et isolement dans le grand âge

La solitude de la vieillesse est encore trop souvent un sujet tabou. Les personnes âgées rechignent à en parler parce que ce serait avouer une faiblesse, une vulnérabilité, ce serait reconnaître une dépendance, une incapacité à vivre par soi-même. Quant aux proches,  ils préfèrent souvent passer sous silence la solitude de leur vieux parent parce qu’elle sonnerait comme un reproche : « Vous me laissez trop souvent seul, vous ne vous occupez pas assez de moi, vous m’abandonnez ! » Les uns comme les autres, on le voit, préfèrent finalement parler d’autre chose. Et pourtant, la solitude de la vieillesse est bien là, tantôt subie, tantôt acceptée, voire désirée.

Lire cet article
1.10.2020

La face cachée de l’accompagnement des personnes âgées

Rares sont les personnes qui acceptent volontiers l’idée de finir leurs jours dans un EMS. Quitter sa maison ou son appartement, renoncer à ses habitudes, prendre congé de son voisinage, dire adieu à un petit univers que l’on a mis tant d’années à construire autour de soi, ce sont autant de crève-cœur que l’on veut tenir à distance le plus longtemps possible. Tout le monde souhaite rester à la maison jusqu’au bout. Ce qui m’intéresse aujourd’hui, ce sont les personnes âgées vivant seules à domicile. Elles représentent un tiers des retraités. Avec les années, ces solitaires finissent elles aussi par avoir des maladies chroniques handicapantes. C’est à ce moment-là que la situation devient difficile pour les proches, enfants, frères ou sœurs.

Lire cet article
15.9.2020

La maladie d’Alzheimer et la migration

Aujourd’hui, en Suisse, un quart de la population – ce qui représente plus de deux millions de personnes – est d’origine étrangère. Ce fait m’intéresse parce que le vieillissement démographique touche également ces populations. En tant que gérontopsychologue, je suis de plus en plus souvent amenée à les rencontrer au moment où elles sont touchées par le grand âge et la maladie, et en particulier par la maladie d’Alzheimer. Dans quelle mesure l’origine de ces patients doit-elle être prise en considération par les soignants – médecins, psychologues, infirmiers – qui les prennent en charge ? Comment cette origine peut-elle influer sur la manière dont le patient développe et manifeste ses troubles cognitifs ?

Lire cet article

Perles

Mes perles

À côté de mes « propos », dans lesquels je soumets à mes lecteurs des réflexions, des observations, des conseils sur la vieillesse, la maladie d’Alzheimer, etc., je voudrais offrir, dans ces « perles », d’autres approches des thématiques de l’âge et du vieillissement, d’autres regards sur le monde des « anciens ». J’aimerais donner la parole aux écrivains, aux peintres, aux cinéastes, aux témoins, aux malades eux-mêmes…, à tous ceux qui, par leur expérience, leur sensibilité et leur créativité, sont peut-être les seuls à percevoir le monde dans toute sa profondeur et dans toute sa poésie.

Découvrir

Questionnaire

Le questionnaire de Marianna

Chacun connaît sans doute le fameux « Questionnaire de Proust », ou celui, plus modeste, par lequel Bernard Pivot, au terme de chacune de ses émissions « Apostrophes », mettait ses invités sur la sellette.

Sans avoir la prétention de me mesurer à ces illustres précédents, j’ai eu envie de me risquer moi aussi à proposer « mon questionnaire ». Son originalité ? Il s’adresse exclusivement au valeureux mortels ayant atteint l’âge respectable de 75 ans et qui ont accompli dans leur vie quelque chose de remarquable. Peut-être leurs réponses brosseront-elles un portrait des personnes âgées, un tableau de la vieillesse qui pourront nous surprendre, nous enchanter et nous revigorer !

Au fil des semaines, vous pourrez lire les réponses des nouveaux « candidats » que j’aurai eu le plaisir de solliciter afin qu’ils nous livrent leurs impressions.

Lire les réponses !